Politique

Rumeurs de revalorisation salariale : « aucun député n’a reçu un centime sur son salaire » (Akoto)

Abidjan, 8 mai (LP) – Les députés ivoiriens n’ont reçu « un centime » sur leurs salaires, a expliqué mardi l’honorable Olivier Akoto, démentant les rumeurs d’une augmentation salariale de 500.000 FCFA (764 euros) qui circulaient sur les réseaux sociaux, lors de l’adoption de l’ordre du jour des travaux parlementaires de la session ordinaire 2018.

Des députés ont regreté d’avoir été « jetés en pâture » par les utilisateurs des réseaux sociaux suite au dépôt de la loi portant fonctionnement de l’Assemblée nationale qui dispose dans l’un de ses articles que les députés devraient recevoir un émolument de 500.000 Fcfa.

«  Il faut dire à la population ivoirienne qu’aucun député n’a reçu 500.000 Fcfa. Aucun député n’a reçu un centime sur son salaire », a précisé l’honorable Akoto.

« Il n’en est rien! », a renchéri l’honorable Gauzé.

Les élus de la Nation ont exigé que cette loi portant fonctionnement de l’Assemblée nationale soit reprogrammée le plus rapidement. Ils ont tout de même adopté par acclamation le « projet d’ordre du jour des travaux parlementaires de la session ordinaire 2018″.

Cette session parlementaire a aussi donné lieu au clash entre les honorables Yasmina Ouégnin de Cocody (dans le district d’Abidjan) et Koné Boubacar de Daloa (centre ouest). Ils étaient à couteaux tirés sur une question relative à « la situation sécuritaire liée au phénomène des enfants en conflit avec la loi appelés « microbes ».

Le député de Fresco (sud ouest) Alain Michel Lobogon a attiré l’attention de ses collègues sur la nécessité de « sauver l’école ivoirienne » et « la nécessité d’établir des cartes nationales d’identités » aux Ivoiriens ne pas que ceux-ci soient « dès 2019 (date de péremption des CNI), des étrangers dans leur propre pays ».

ego/bbe

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close