Politique

Révision de la liste électorale : La CEI fixe un délai d’une semaine

 

Abidjan, 23 janvier (LP) – La Commission électorale indépendante (CEI) de Côte d’Ivoire a annoncé mardi que la révision de la liste électorale devant servir aux élections locales durera « une semaine », lors d’une rencontre avec les partis politiques à Abidjan.

Selon le Président de l’Institution électorale, Youssouf Bakayoko, l’année 2018 sera marquée pour la CEI, par la tenue des élections régionales et municipales d’une part, et sénatoriales d’autre part.

Ce sont 11.000 lieux de votes qui seront ouverts contre 1500 pour les années précédentes. Pour faciliter cette opération,  la CEI a créé 19 nouvelles commissions locales dans les communes d’Abobo, Plateau, Koumassi, Cocody, Yopougon et Bouaké, a indiqué le Vice-président de la Commission, Gervais Coulibaly.

« Nous allons réactiver nos CEI locales. Pour cela nous demandons aux partis politiques de nous fournir la liste de leurs représentants au plus tard le 3 février 2018 », a-t-il déclaré.

Le Vice-président de la CEI a également annoncé que les élections municipales et régionales seront couplées. Mais, pour l’heure, aucune date en rapport avec l’organisation des scrutins n’a été avancée par la CEI.

M. Bakayoko a exhorté les partis politiques présents à cette rencontre, dont le Rassemblement des Républicains (Rdr, parti au pouvoir), le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, parti de la coalition au pouvoir), le Front Populaire Ivoirien (Fpi, parti de l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo), le Mouvement des Forces de l’Avenir (proche du pouvoir) à sensibiliser les populations.

« La révision de la liste électorale est une opération délicate qui requiert l’engament de tous », a précisé  M. Bakayoko

En outre, après le traitement informatique des données recueillis et l’affichage de la liste provisoire, une période de contentieux sera ouverte. Laquelle permettra la purge de la liste électorale pour donner la liste définitive qui doit être arrêtée au plus tard 15 jours avant le scrutin.

Le président du Parti ivoirien des travailleurs (PIT), Joseph Seka a indiqué que « la Cei a rassuré les partis politiques sur le respect du délai d’une semaine fixé ».

Pour sa part, le représentant du Fpi, le Pr. Raymond Abouo N’Dori a révélé que la réforme de la CEI réclamée par sa formation politique, n’a pas été l’objet de discussion. « Nous demandons toujours la réforme de la CEI. Mais nous ne pouvons pas venir au siège de l’Institution pour faire cette demande. C’est au gouvernement de s’en occuper », a-t-il lâché.

png/myo

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close