Politique

Réforme de la Commission électorale : « la proposition de l’opposition n’est pas forcément la solution » aux crises post-électorales (Porte-parole de la Poeci)

Abidjan, 31 mars (LP) – Les propositions faites par la plateforme de l’opposition relative à la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei) « ne sont pas forcément la solution idéale » aux problèmes de contestations et de violences électorales, a estimé la vice-Présidente et Porte-parole de la Plateforme des Organisations de la Société Civile pour l’observation des élections (Poeci), Marie-Paule Kodjo, exhortant toutes les parties  à « un dialogue constructif », dans l’interview du dimanche de l’agence de presse Le Progrès.

Mme la vice-Présidente, comment accueillez-vous, la proposition de l’opposition qui veut que le Président et les vice-présidents de la Cei soient issus de la Société civile ?

Oui, en effet, l’opposition a fait cette proposition. Mais il faut savoir que la Société civile ne signifie pas forcément Organisation de la Société civile. Vous êtes de la Société, les magistrats sont de la Société civile, tout le monde est de la Société civile, sauf les militaires … Donc, je crois comprendre que l’opposition souhaite une personne qui ne soit pas politique.

Est-ce-à-dire que les membres de la Société civile ne sont pas forcément politiques ?

Les gens mélangent deux concepts : la neutralité et l’impartialité. Qui est neutre ? Dès l’instant que tu es citoyen et que tu votes, on ne peut pas dire que tu es neutre. L’impartialité, c’est dans les actions. Je pense qu’elle veut plutôt une Cei qui donne confiance à tous et à toutes.

Mais comment avez-vous accueillir cette proposition ?

C’est une proposition qui peut être également celle de certaines organisations de la Société civile. Nous avons été reçus jeudi par le Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly et certains membres du Gouvernement. Personnellement, ce que j’ai apprécié, c’est que le Gouvernement est ouvert à un dialogue constructif, empreint d’une volonté commune d’aboutir à une CEI acceptée de tous. Chaque groupe (d’organisations de la Société civile) a fait le résumé de ses propositions qu’il a transmises au Ministère de l’Intérieur comme il nous avait été demandé. Nous en avons discuté. Et il y aura un travail qui sera fait sur les points clés avec des conseillers techniques de  la  Primature et cinq (5) ou six (6) membres choisis dans chaque groupe d’organisations de la Société civile. C’est ce qui avait été décidé lors de la rencontre.

Quelles ont été les propositions concrètes que vous avez faites ?

Nous avons proposé la réduction des membres de la Cei. En 2014, il y avait eu une réduction sensible de 31 à 17 membres. Nous avons proposé une nouvelle réduction à 13 membres. Comme à son habitude, le moment venu, la Poeci vous fera un point.

Croyez-vous que la proposition de l’opposition peut être une solution…

Cette proposition est la solution d’une entité. Mais, c’est de la somme des solutions des différentes entités que sont l’opposition, le parti au pouvoir et la Société civile que sortira une Cei consensuelle.

Je crois que nous sommes à un tournant historique. Nous devons mettre l’intérêt de notre pays au dessus  de tout. Et ces trois entités doivent de façon responsable discuter et trouver un terrain d’entente pour le bien-être de nos populations.

Après les échanges avec les organisations de la société civile, le Gouvernement recevra sans doute les Partis de l’opposition. La Poeci souhaite une Cei consensuelle qui nous permettra d’avoir des élections crédibles, transparentes et surtout apaisées. 

Au regard de la situation sociopolitique, est-ce que vous craignez pour 2020 ? Les Ivoiriens ont peur ? Avez-vous le même sentiment ?

On joue à se faire peur. Si nous avons en mémoire ce qui s’est passé en 2010, cette crise aigüe, qui a vu 3000 de nos frères et sœurs tués, sans parler des nombreuses victimes traumatisées, nous ferons de sorte à ne pas revivre ce genre de situation. Pour échapper à une nouvelle crise aux conséquences dramatiques, la meilleure façon d’éviter cela est le dialogue. Lors des échanges de jeudi dernier, j’ai compris que nous avions le même objectif, celui de trouver un consensus acceptable par tous.

Mais est-ce que le consensus est possible dans le contexte actuel ?  

Pourquoi pas ? Comme je le disais, si nous dialoguons, une solution sortira forcément de ces échanges. Nous n’avons pas le choix !

Vous parlez de recomposition. Mais l’opposition a une autre lecture de l’arrêt de la Cadhp. Pour elle, la Cour africaine demande une réforme profonde. Quelle est la différence ?

Il faut  poser la question à l’opposition. Moi, je ne sais pas ce qu’elle met dans ce mot.

Après sa rencontre avec la Société civile, je suppose que  le Gouvernement va recevoir les partis politiques de l’opposition. Et je crois que toutes les entités vont se revoir afin d’obtenir une solution consensuelle. Je demande aux uns et aux autres  de ne pas fermer la porte. Il faut être ouvert, disposé et que chacun fasse  de son mieux. En tous cas, la Société civile est inscrite dans cette dynamique.

Le Gouvernement demande qu’il y ait pour les élections législatives, municipales et régionales 30% de femmes candidates sur les listes des candidats que les partis politiques présenteront 

C’est une bonne chose. On espère arriver à la parité. On remercie le Chef de l’Etat mais particulière son épouse. On associe à ce remerciement le Ministre Ly Ramata de la Femme et de la Famille. Cependant, je voudrais attirer son attention sur les postes nominatifs. Il y a beaucoup de femmes qui sont compétentes, qui ont l’expertise. On aimerait qu’elles soient nommées. Donc, les 30% de quota au niveau de la sphère politique soient élargi aux postes nominatifs.

Au niveau de la Société civile, qui pourrait être pressenti si la proposition de l’opposition est validée ?

Il y a beaucoup d’Ivoiriens qui sont  des experts en gouvernance électorale internationale et qui sont rentrés au pays. Il y en a qui sont fortement intéressés… Même, au niveau régional, nous avons des experts également !

Qui par exemple ?

Je ne sais pas. Attendons de voir !

bbe

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close