International

Présidence au Conseil de Sécurité des Nations Unies : après 26 ans d’absence, la Côte d’Ivoire y siège de nouveau

Abidjan, 23 novembre (LP) – La Côte d’Ivoire présidera de nouveau le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (Onu) du 1er au 31 décembre, après 26 ans d’absence, a expliqué vendredi Marcel Amon-Tanoh, Ministre des affaires étrangères, lors de sa conférence de presse au sein de ladite institution au Plateau, centre des affaires administratives du pays.

« La Côte d’Ivoire assurera la présidence de cet organe au cours du mois de décembre en qualité de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2018-2019 », a indiqué M. Tanoh, lors de cette conférence de presse.

Aussi, a-t-il ajouté que « cette présidence sera axée sur le partage d’expériences, notamment, en matière d’opérations de maintien de la paix, ainsi que sur la problématique de la stabilité et du développement économique, conformément aux priorités du mandat ivoirien ».

« Le Président de la République, Alassane Ouattara, dans son objectif de redorer le blason de la Côte d’Ivoire, a réussi à la repositionner en lui donnant une nouvelle image à travers ses actions de paix. C’est ainsi qu’il a saisi l’opportunité d’aller au Conseil de sécurité pour parachever le repositionnement de la Côte d’Ivoire sur l’échiquier international », a confié M. Tanoh.

« La Côte d’Ivoire a siégé au Conseil de sécurité en tant que membre non-permanent pour la première fois de 1964 à 1965 et de 1990 à1991, pour la deuxième fois », a-t-il renchéri, avant de rappeler que son pays a été élu membre non permanent de cet organe avec cent quatre-vingt-dix (190) pays sur cent quatre-vingt-treize (193).

Le 5 décembre, un débat présidentiel de haut niveau sera présidé par M. Ouattara sur le thème : « la reconstruction économique post-conflit pilier de la consolidation et de la pérennisation de la paix, et facteur de stabilité et de sécurité ».

Ce débat permettra de réfléchir sur les rapports entre le développement économique et la consolidation de la paix, de même que sur les synergies à établir entre les agendas de développement durable et les objectifs de paix et de sécurité.

Il se tiendra également, le 6 décembre, un débat ministériel présidé par M. Tanoh, aux Nations Unies sur le thème : « une plus grande implication des Etats et des Organisations sous-régionales et régionales pour plus d’efficacité dans la prévention et la résolution des conflits, en étroite coopération avec les Nations-Unies ».

Il aura pour objectif d’amener à une plus grande implication des acteurs régionaux et sous-régionaux aux côtés des Etats, et de réaffirmer la nécessité d’une meilleure coopération de ces derniers avec les Nations Unies, pour plus d’efficacité dans la prévention et la résolution des conflits.

amk/bbe

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close