Politique

Ordonnance sur les sénatoriales : l’opposition se dit « surprise de cette mesure » (Déclaration)

Abidjan, 21 février 2018 (LP) – Une coalition de 17 partis de l’opposition, dont le Front Populaire Ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo), s’est dite « surprise » de la signature d’une ordonnance pour l’organisation des élections Sénatoriales, prévues en mars 2018, dans une déclaration lue mercredi par son porte-parole, Martial Ahipeaud.

Le mercredi 14 février, le Conseil des ministres a adopté une ordonnance qui « ouvre la voie » à la tenue des élections sénatoriales, avait annoncé Bruno Koné, Porte-parole du Gouvernement ivoirien, lors d’une conférence de presse.

« Nous sommes… surpris de cette mesure du Gouvernement qui, si elle prospère, conduira notre pays vers la catastrophe, voire le chaos », a déclaré M. Ahipeaud, Président de l’Union pour le développement et les Libertés (UDL, membre de cette coalition), face à la presse à Abidjan.

« Nous, partis politiques de l’opposition, dénonçons avec force cette énième violation de la Constitution et des droits élémentaires des citoyens ivoiriens », a-t-il ajouté, appelant le Président Alassane Ouattara à « tout mettre en œuvre pour proposer dans les meilleurs délais les conditions garantissant des élections crédibles et apaisées ».

Mais estimant qu' »en réalité, M. Ouattara entend maintenir en place une Commission électorale indépendante (CEI) caduque et un code électoral désuet », M. Ahipeaud a invité « la communauté internationale à se saisir du dossier ».

Depuis plusieurs semaines, des partis d’opposition contestent la CEI, exigeant qu’elle soit réformée.

Le 13 février, le Président du FPI, Pascal Affi N’Guessan avait indiqué avoir « écrit » à cet effet à M. Ouattara « pour lui demander de faire diligence », avant d’annoncer un « plaidoyer et un lobbying auprès des institutions nationales et internationales ».

La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) avait demandé à l’Etat ivoirien de procéder à la réforme de la CEI, conformément aux normes internationales, dans un Arrêt rendu publique le 18 Novembre 2016.

La Côte d’Ivoire s’apprête à organiser fin mars les élections sénatoriales.

png/ydo

 

 

ahipo m

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close