A la unePolitique

Libération de Gbagbo : Bédié souhaite son retour immédiat et annonce la possibilité d’une plateforme avec lui

Abidjan, 15 janvier (LP) – Le Président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, opposition), Henri Konan Bédié a souhaité mardi, le retour « immédiat » en Côte d’Ivoire de l’ex-président Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (Cpi), tout en annonçant la possible de la mise en place d’une plateforme avec lui et les autres partis politiques pour une opposition plus large, dans un entretien sur France 24.

« Il est libéré. Donc, il doit rentrer dans son pays et reprendre tous ses droits civiques. Il est annoncé la mise en place d’une plateforme avec Laurent Gbagbo et les autres partis politiques, pour une opposition plus large et invincible », a déclaré mardi M. Bédié, sur France 24.

Poursuivant, il a ajouté que la libération de M. Gbagbo est « bon » pour le « processus de paix intérieure et de réconciliation pour les Ivoiriens ».

Pour M. Bédié, si l’ex-président a été libéré, c’est que l’accusation ne disposait pas de preuves solides pour son inculpation à la Cour Pénale Internationale (Cpi).

« Il faut se référer à la décision de justice, car s’il a été acquitté et libéré immédiatement, c’est que les charges qui pesaient contre lui ne sont pas avérées », a-t-il souligné.

Le Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien (Fpi, opposition), Assoa Adou a, lors d’un point de presse, annoncé que M. Gbagbo a demandé un « rapprochement » de sa formation politique « vers les partis de gauche » dans le cadre de la réconciliation nationale.

Depuis le 8 août, le Président de la République de Côte d’Ivoire et président du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (Rhdp, coalition au pouvoir), Alassane Ouattara et M. Bédié, alors deux principaux alliés de la coalition ont « divorcé » avec l’annonce à cette date du retrait du Pdci de l’alliance.

MM. Ouattara et Bédié s’étaient mis ensemble avec d’autres formations politiques au sein du Rhdp en 2005 pour combattre M. Gbagbo. Ils ont réussi à l’évincer du pouvoir en 2010.

Mais M. Gbagbo n’a quitté le pouvoir qu’en avril 2011 après une guerre à l’issue de laquelle il a été arrêté et transféré quelques mois plus tard à la Cpi.

amk/bbe

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close