Société & Economie

Enseignement supérieur : la Cnec annonce une autre « marche verte » le 14 mars

Abidjan, 07 mars (LP) – Le Secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire (Cnec), Zamina Johnson, a annoncé jeudi l’organisation du « 3ème marche verte » le 14 mars alors que le Ministre Mabri Toikeusse de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a prévu un atelier sur les problèmes de l’université, face à la presse.

La Cnec va organiser une « 3ème marche verte le jeudi 14 mars », a déclaré M. Johnson, qui coanimait une conférence de presse avec son adjoint Edmond Koffi, au siège du syndicat, à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’abidjan.

A cette marche du 14 mars, un atelier est prévu sur « les maquettes pédagogiques et tout ce qui entoure les heures complémentaires », a-t-il ajouté, insistant sur la bonne foi de M. Mabri dans les négociations qui visent à régler les problèmes.

Onze (11) enseignants chercheurs ont été sanctionnés, dont 4 révoqués et 5 suspendus pour 12 mois, par le Conseil de discipline de l’Université Félix Houphouët-Boigny qui les accuse de violences perpétrés sur le personnel de la Présidence.

M. Johnson cité parmi les exclus a été libéré avec Joël Dadé le 1er mars après quelques jours passés à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca) pour « trouble politique, trouble à l’ordre public, séquestration et menace ».

« Nous ne sommes ni exclus ni suspendus », a réagi M. Johnson, pour qui « le Conseil de discipline n’en a pas la capacité » mais plutôt « le Ministère de la Fonction publique ».

La question des sanctions est un « problème politique. Il faut une solution politique. Si ce n’est pas fait, l’école sera toujours fermée », a-t-il menacé.

Lancée début février pour 12 mois également en vue de protester contre les sanctions, la grève a été suspendue pour deux (2) semaines pour donner une chance aux négociations. Les jeudis 21 et 28 février, des enseignants avaient déjà organisé des « marches vertes », exigeant la libération de MM. Johson et Dadé ainsi la satisfaction de leurs revendications.

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close