Politique

Elections locales: « nous ne nous laisserons pas faire » (FPI camp Sangaré)

Gagnoa (Côte d’Ivoire), 03 février (LP) – Le Front Populaire Ivoirien (FPI, camp Sangaré), parti de l’ancien Président Laurent Gbagbo, a déclaré samedi qu’il ne se laissera pas faire si la liste électorale des élections locales et sénatoriales n’est pas consensuelle, lors d’une cérémonie à Gagnoa, ville située à 271 km à l’ouest d’Abidjan et considérée comme fief du parti.

« 2018 est notre année. Je compte donc sur votre mobilisation massive pour les élections locales et sénatoriale », a déclaré Aboudramane Sangaré, lors de la cérémonie de lancement de la « Fête de la liberté » initiée par le parti, samedi à l’espace Bonweli à Gagnoa.

« 2018 prépare la présidentielle de 2020 » et « cela passe par des listes électorales consensuelles. Nous ne nous laisserons pas faire », « car nous voulons des élections justes et transparentes », a-t-il ajouté.
Cette cérémonie de lancement de la « Fête de la liberté » qui « aura lieu les 28 et 29 avril à Ony-Babré », village situé à 3km de Gagnoa, a réuni des personnalités du parti, dont M. Danon Djédjé, ancien Ministre de M. Gbagbo, et Mme Odette Lorougnon.

« Je compte sur votre mobilisation pour battre le record d’Akouré (localité du sud-est de la Côte d’Ivoire qui a accueilli la Fête de la liberté en 2017); Gbagbo compte sur vous pour aller au-delà des 40.000 militants de l’année dernière », a-t-il lancé, avant de conclure : « avec Gbagbo, quand on pense que tout est fini, c’est maintenant que tout commence ».

Après la chute de l’ancien Président ivoirien et son transfèrement à la Cour Pénale Internationale (CPI), le FPI est secoué par une crise aigüe qui a donné naissance à deux camps, notamment le camp dirigé par Pascal Affi N’Guessan et celui conduit par M. Sangaré.

myo/bvi avec ska

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close