Politique

Côte d’Ivoire/opposition : Monique Gbékia élue présidente de Lider

Abidjan, 24 Mars (LP) – Des militants de Liberté et Démocratie pour la République (Lider, opposition ivoirienne) a élu samedi Mme Monique Gbékia présidente du parti en remplacement de Mamadou Koulibaly, lors de leur 3ème congrès ordinaire à Abidjan.

Mme Gbékia a été élue par acclamation par plus de 200 congressistes réunis samedi au siège du parti à la Riviéra 2, un des quartiers de la commune abidjanaise de Cocody, a constaté un journaliste de Le Progrès.

« Ça fait 6 ans, j’ai passé à la tête du parti, tout n’a pas été réussi (…) Il y a encore beaucoup de choses à faire mais mes 2 mandats, conformément à nos textes, sont terminés », a déclaré M. Koulibaly, ancien président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire sous l’ex-Président de la République, Laurent Gbagbo.

« C’est avec beaucoup de fierté que je vais vous (Mme Gbékia) passer le flambeau. Il faut la tourner vers vous, il faut la tenir haut », a poursuivi M. Koulibaly, avant d’exhorter son successeur à s’apprêter en vue d’affronter devant la « justice » qui menacent de la faire « affecter » dans un village.

« Ils (les dissidents) sont partis parce que (pour eux) vous (Mme Gbékia) n’avez pas une bonne coloration ethnique… », a-t-il conclu.

Mme Ekra Adjoua Monique, épouse Richard Gbékia, est mère de deux (2) et professeur au Lycée classique d’Abidjan, a annoncé être « dans la continuité » en poursuivant la mise en œuvre du programme d’actions du parti.

S’adressant à M. Koulibaly, Mme Gbékia a déclaré : « par cette démocratisation en interne, vous venez de nous donner l’exemple … nous vous demandons de continuer à consolider l’unité et l’espoir de notre parti ».

Le samedi 17 mars, les dissidents avaient désigné Lacina Karamoko nouveau président de Lider en remplacement de M. Koulibaly, à l’issue d’un congrès extraordinaire tenu à Abidjan.

« J’ai la caution des textes du parti (…). Je n’ai pas besoin d’avoir la caution du Président sortant », avait déclaré M. Karamoko.

« Il n’y pas eu de coup d’Etat. Nos textes sont clairs, en article 19. Le Président de Lider est élu pour un mandat de 3 ans renouvelable une seule fois. Mamadou Koulibaly a été élu en 2011 et réélu en 2014. Il avait tout le temps pour organiser un 3ème congrès. Mais il n’a pas voulu respecter les textes », s’était justifié M. Karamoko.

En Côte d’Ivoire, depuis 2012, un vent « bizarre » de dissidence souffle dans presque tous les partis d’opposition ainsi que dans certaines formations politiques proches du pouvoir.

bbe/ydo

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close