Politique

Composition du Bureau de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire : l’opposition se retire et saisit la justice

Abidjan, 28 mai (LP) – Les députés de l’opposition ivoirienne se sont retirés de la médiation menée par l’Union africaine relativement à la composition du Bureau de l’Assemblée nationale et ont saisi la justice, a annoncé leur porte-parole, Yasmina Ouégnin, face à la presse à Abidjan-Cocody.

« Les Groupes parlementaires Pdci-Rda, Rassemblement et Vox Populi, décident à compter de ce jour, mardi de se retirer de la médiation initiée par la Représente de l’Union Africaine à la demande du Président de l’Assemblée nationale (Amadou Soumahoro) », a déclaré Mme Ouégnin, lors d’une conférence de presse, co-animée avec des députés, dont Maurice Kacou Guikahué, Célestine Trazéré et Martin Nbolo.

Aussi, ont-ils retenu « de ne pas appartenir au Bureau de l’Assemblée nationale, illégalement constitué, ainsi qu’aux Bureaux des différentes commissions permanentes, d’engager toutes les actions légales, au plan national et international, à l’effet de corriger ce grave dysfonctionnement institutionnel et d’exercer un recours juridictionnel dans les meilleurs délais », a-t-alle ajouté.

Ces Groupes parlementaires de l’opposition ont affirmé avoir constaté « l’échec de la médiation », accusant M. Soumahoro d’avoir « refusé d’accéder à leur nouvelle proposition » qui consiste à renoncer à « 3 postes sur les 11 qui leur reviennent de droit ».

« Hier, lundi 27 mai 2019, soit plus de 10 jours après le début de la médiation, et malgré de nombreux échanges, (M. Soumahoro) refuse avec obstination d’accéder à la nouvelle proposition faite par les groupes parlementaires de l’opposition de se délester de 3 postes un (1) Vice-président et de deux (2) secrétaires)  sur les onze (11) qui leur reviennent de droit », a expliqué Mme Ouégnin.

« Pour un Bureau, faire appel à la Communauté internationale ? Je suis inquiète pour mon pays », a-t-elle conclu.

« Soumahoro pose problème », a renchéri M. Guikahué.

Le 20 mai, les députés de l’opposition avaient déjà boycotté la séance plénière de l’Assemblée nationale, rejetant toujours le nouveau bureau de l’institution mis en place par M. Soumahoro le 6 mai.

Ils s’étaient aussi retirés de la séance plénière du 6 mai portant sur l’élection du nouveau Bureau de l’Assemblée nationale, accusant M. Soumahoro, de leur « imposer » 6 postes sur les 27, dans une déclaration devant la presse.

Issu du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, parti au pouvoir), M. Soumahoro a été élu le 7 mars nouveau Président de l’Assemblée nationale en remplacement de Guillaume Soro, qui a rendu démission en février et s’est rangé dans l’opposition.

bbe/gad

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close