Politique

Alternance en 2020: « Pour l’heure, Ouattara a dit qu’il ne briguerait pas un troisième mandat…  » (Président du PIT, proche du pouvoir)

Abidjan, 30 janvier (LP) – Le président du Parti Ivoirien des Travailleurs (PIT, membre de la coalition au pouvoir), Joseph Séka Séka a indiqué mardi que le Président de la République, Alassane Ouattara a annoncé « pour l’heure » qu’il ne serait pas candidat à un troisième mandat, précisant qu’«il appartient » au Chef de l’Etat d’informer le peuple s’il change de position, dans une interview à Le Progrès.
 

Quelles sont les activités du PIT ?

Comme tous les partis politiques, le PIT mène des activités de mobilisation de ses militants dans les bases, au moment où l’on s’achemine vers les élections municipales, régionales et sénatoriales. Le PIT a conçu et mène un programme d’informations et de sensibilisation de ses militants pour les amener à s’impliquer dans le processus de révision des listes électorales.

Le PIT va-t-il présenter des candidats aux élections municipales, régionales et sénatoriales 

Bien évidemment que le PIT qui est un parti qui compte en Côte d’Ivoire ne peut ne pas présenter de candidats aux élections municipales, régionales et sénatoriales. Retenez que le PIT a un élu en la personne de son Président à l’Assemblée Nationale.

Quels sont vos rapports avec l’ancien Président de votre parti ?

Nos rapports avec le Président WODIE Francis sont plus des rapports humains que politiques. En tout cas, ce sont de bons rapports.

En tant que parti de la gauche, comment expliquez-vous votre alliance avec des partis majoritairement de droite et du centre ?

Nous avons en d’autres temps répondu à cette préoccupation pour dire que pour ceux qui suivent attentivement l’évolution politique du monde, l’on voit bien que les barrières idéologiques sont en voie de s’effondrer pour faire place à des groupements qui œuvres à la recherche de la paix, de la cohésion sociale, du développement des Etats pour le bien-être et le mieux vivre des populations. Ce sont ces valeurs que nous avons trouvées au RHDP et qui ont fondé notre choix d’intégrer le RHDP.

Il y a un débat en cours au sein de votre alliance. Le RDR qui souhaite la transformation du RHDP en un parti unifié; cette demande semble ne pas être partagée par le PDCI. Quel est votre avis ?

Il y a effectivement le débat qui a cours quant à la transformation du RHDP en un parti unifié. Mais de façon officielle aucun des partis membres pour l’heure n’a pris position pour ou contre cette idée. C’est pour cette raison que le comité de haut niveau a été mis en place pour mener la réflexion sur la question et faire des propositions consensuelles qui maintiennent en vie le RHDP. 

Seriez-vous prêt à faire disparaître le PIT pour adhérer au futur parti unifié ?

Prêt à faire disparaitre le PIT pour adhérer à un parti unifié ? Cela dépend des conclusions des réflexions du Comité de haut niveau. Attendons, donc ces conclusions. 

Etes-vous d’accord avec ceux qui pensent que le Président Alassane Ouattara devrait-il briguer un troisième mandat ?

Personne ne peut et ne doit penser à la place du président de la république. Pour l’heure, il a dit qu’il ne briguerait pas un troisième mandat. Si cette position devait changer, c’est à lui et à lui seul qu’il appartiendrait de donner l’information. Nous devons arrêter de penser à la place du Président Alassane Ouattara.

Que pensez-vous de la réconciliation nationale ?

La réconciliation que nous souhaitons de nos vœux avance avec les actes posés par le Président de la République. Même s’il est vrai que ceci est un processus de longues haleine, nous devons reconnaitre que le rythme est un peu lent et qu’il est souhaitable que ce rythme soit d’avantage accéléré.

Pour vous, quelle est la meilleure formule pour une réconciliation vraie en Côte d’Ivoire ?

La meilleure formule serait que tous les Ivoiriens de quelques bords qu’ils soient acceptent de désarmer les cœurs et de pardonner. Que tous les procès en cours aillent rapidement à leur terme de façon équitable pour que l’impunité n’ait pas droit de cité. Qu’à l’issue de tout cela, le Président de la République à qui la constitution accorde des pouvoirs discrétionnaires prenne les décisions de nature à réconcilier véritablement les Ivoiriens.
 
 
Pouvez-vous faire un commentaire sur la gouvernance du Président Alassane Ouattara ?

Quand nous imaginons d’où le pays est parti après la crise post-électorale et quand nous voyons le niveau où il se situe actuellement avec l’embelli économique, les grands chantiers de développement et le blason du pays redoré au plan international, nous pouvons nous réjouir de la gouvernance du Président Alassane Ouattara. Certes, tout n’est pas parfait parce que des efforts restent encore à faire relativement au coût de la vie et à la sécurité, mais pour un pays qui a connu une crise aussi grave que la nôtre, être au niveau où nous sommes sept années après doit être pour nous Ivoiriens un motif d’espérance en des lendemains encore meilleurs.
 

Les opérateurs économiques se plaignent de l’annexe fiscale 2018. Ils pensent que cela est un étranglement à l’entreprenariat. Si des dispositions de l’annexe fiscale sont appliquées, des prix de certains produits alimentaires pourraient connaître une augmentation. Ces opérateurs économiques souhaitent la suspension de l’annexe fiscale. En tant que parti politique, quel est votre avis sur ce sujet ?

Le pays ne peut se développer qu’avec ses activités économiques.  Si les dispositions de l’annexe fiscale sont de nature à porter atteinte à l’essor de entrepreneuriat et qui plus est à faire flamber les prix des denrées de première nécessité et notamment les produits alimentaires, en tant que parti politique, nous convenons avec les opérateurs économiques que le gouvernement doit reconsidérer sa position.

myo/png

Mot clés
Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close