Société

Administration territoriale : « notre grève se poursuit et elle est illimitée » (Syndicat)

Abidjan, 6 décembre (LP) – Le Secrétaire général régional du Syndicat national des agents du Ministère de l’Intérieur de Côte d’Ivoire (Synamici), Faustin Dié Bli, a annoncé jeudi que la grève entamée depuis début novembre « se poursuit » jusqu’à « satisfaction » des revendications salariales, en dépit des menaces du Gouvernement, à Le progrès.

« La grève se poursuit et maintenant elle est illimitée. Parce qu’une première fois, nous avons déposé un préavis pour une semaine renouvelable sans réponse. Nous avons encore déposé un autre. Il n’y a rien eu. Maintenant, elle est illimitée jusqu’à satisfaction de nos revendications », a déclaré M. Dié Bli, joint au téléphone par Le Progrès.

Le Secrétaire général a rappelé que les revendications tournent autour de « deux décrets », dont l’un « portant clarification de tous les actes produits par le Ministère de l’Intérieur » et l’autre relatif aux « indemnités d’astreinte pour tous les agents ».

Par ailleurs, M. Dié Bli a fait savoir qu’en aucun cas les mesures prises par le Gouvernement notamment la suspension des avantages liés à la trêve sociale pour tous les grévistes et la ponction sur les salaires des fonctionnaires, ne les concernent.

« C’est en août 2017 que la trêve sociale a été signée. Mais nous, nous avons organisé notre séminaire en octobre 2017 », a-t-il expliqué, avant de relever que les autorités avaient « accepté » les revendications évoquées à cette rencontre.

« La trêve sociale était déjà (signée) mais ils étaient venus – je veux parler du Ministère de l’Intérieur, de l’Economie et des Finances et du Budget – à ce séminaire qui statuait sur nos revendications. Et au sortir de là, ils ont accepté 8 points sur 9 », a-t-il poursuivi.

« C’est pour dire que la trêve sociale ne concerne pas. Et notre grève est simplement légale », a souligné le Secrétaire général régional.

Le Synamici revendique une amélioration des conditions de vie des agents du Ministère de l’Intérieur, une création de police préfectorale et l’intégration des agents de maison au Ministère de l’Intérieur.

La grève du ministère de l’intérieur a débuté depuis le 5 novembre.
lok/bbe

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close