Société

Abidjan : le Président de l’Université de Cocody appelle les enseignants à la reprise des cours (Déclaration)

Abidjan, 02 octobre (LP) – Le Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, commune d’Abidjan, Abou Karamoko a appelé mardi les enseignants en grève depuis le 18 septembre à la reprise des cours, regrettant qu’ils « exigent le paiement » des heures complémentaires, « sans contrôle, par un blanc-seing », dans une déclaration.

« L’équipe de Direction appelle les enseignants et les étudiants à reprendre le travail dès le jeudi, 4 octobre 2018, à 7H30 (GMT et heure locale) », indique la déclaration signée par M. Karamoko, dont Le Progrès a reçu copie.

Selon la déclaration, « la Coordination Nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs (Cnec) reproche à l’administration le non-paiement des heures complémentaires et la non-application des accords, relatifs aux modes et modalités de calcul de ces heures ».

« La grève est sans objet », selon le même texte. Car, « à ce jour, toutes les heures complémentaires des différentes UFR ont été payées » sur ordre de M. Karamoko, « après un contrôle rigoureux par les services compétents ».

« Au cours des différentes rencontres que l’équipe de Direction a eues avec le Bureau de la CNEC, il a été demandé à tous ceux qui estimeraient avoir été lésés, de faire une réclamation, avec preuve(s) et justificatif(s) », poursuit le texte.

Mais « depuis le lancement de cet appel, les services de la vice-présidence n’ont enregistré aucune réclamation. En lieu et place, la Cnec exige le paiement de ces heures, sans contrôle, par un blanc-seing », a déploré M. Karamoko, dans sa déclaration.

A l’issue d’une rencontre avec le cabinet du Ministre de l’Enseignement supérieur, le Secrétaire général de la Cnec, Johnson Kouassi Zamina avait indiqué le 17 septembre que la grève durera « tant que (les) revendications ne seront pas prises en compte », dénonçant le mode de calcul des heures complémentaires, à Le Progrès.

Depuis plusieurs années, les grèves sont répétitives dans les universités ivoiriennes sont soit déclenchées par les enseignants soit par la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci).

Voir plus

Article connexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close